Enquête sur les usages des réseaux sociaux en France post Covid

Population de l’étude

Une enquête sur les usages des réseaux sociaux en France post-confinement a été menée fin 2020. Je l’ai gardée au chaud avant publication et les résultats vous sont livrés. 202 réponses ont été recueillies. L’âge moyen des sondés est de 42,5 ans. 56 % des répondants sont des hommes vs 44 % des femmes. Parmi les méls, 22 % ont renseigné une adresse professionnelle, les autres sont majoritairement des adresses Gmail puis Orange, Yahoo, Free, Hotmail, Laposte.net, etc. Nous avons un biais parmi les répondants avec plus d’étudiants de type Bac + 5 et des profils plus CSP+ que la moyenne en France. Ainsi parmi les professions, nous notons 38 % de cadres ou profession intellectuelle supérieure, 23 % d’élèves ou étudiants, 16 % enseignants ou professeurs, 14 % entrepreneurs, 6 % employés, techniciens ou agents de maîtrise, 3 % chefs d’entreprise de plus de 10 salariés. Pour les moins de 25 ans, la profession des parents ou du chef du foyer est dans 55 % des cas cadre ou profession intellectuelle supérieure mais aussi 19 % employé, technicien ou agent de maîtrise, ce qui pourrait correspondre à une légère promotion sociale d’une génération à une autre.

L’usage des réseaux sociaux est mixte pour 74 % des répondants, personnel pour 20 %, professionnel pour 6 %. Sur une échelle de 1 à 6, le niveau d’auto-évaluation de la maîtrise des réseaux sociaux se situe à 4,35 ce qui est élevé avec 35 % qui déclarent un niveau 5 et 31 un niveau 4. Les répondants sont à 24 % à Paris, 32 % en île-de-France hors Paris, 44 % en province et 1 % à l’étranger. Pour ceux qui travaillent en entreprise (87,3 %) que ce soit un emploi à part entière ou un stage, la taille est dans 29 % des cas de plus de 5 000 personnes, dans 19 % des cas de 251 à 5000, 27 % de 6 à 250, 7 % de 2 à 5 et 1 % pour 1 personne.

Les réseaux sociaux utilisés

Les réseaux sociaux les plus utilisés sont Facebook (75 %), YouTube (74 %), Instagram (74 %), LinkedIn (61 %), Twitter (55 %), WhatsApp (34 %), TikTok (11 %) dont les usages ont nettement progressé depuis et surtout auprès d’une cible plus jeune, Pinterest (7 %).

L’entreprise est présente à 60 % sur LinkedIn, 56 % sur Twitter, 51 % sur Facebook, 40 % sur YouTube, 26 % sur Instagram.

Les réseaux sociaux pour lesquels l’entreprise a plusieurs comptes sont d’abord Twitter. Suivent Facebook, Instagram avec des usages différenciés. Et s’agissant des personnes, ce peut être un cloisonnement pour des usages personnels, professionnels ou autres (associatif, politique, syndical). Certains en revanchent ne sont pas dans le multicompte apparemment pour une facilité de gestion. Notons que Facebook est cité pour les groupes. Twitter permet de distinguer les lignes éditoriales et les styles de prise de parole ainsi que les territoires d’expression. LinkedIn et Google My Business sont cités pour les pages entreprises.

Les réseaux sociaux sur lesquels l’entreprise envisage d’être présente à l’avenir est majoritairement aucun autre comme si le statu quo suffisait. Sinon c’est TikTok qui est mentionné puis Instagram qui est cité. Et en fonction des besoins et des nouveautés, Clubhouse ou équivalent (Twitter Spaces) ou encore un réseau social interne à l’entreprise et privatif.

Les autres réseaux sociaux cités sont Snapchat, Twitch, Quora, Reddit, Telegram, Signal mais aussi Vimeo, Dailymotion, Soundcloud, WeChat, Slack, Strava, Mastodon qui est une alternative à Twitter, Ausha, plateforme de podcasts, Beneylu pour l’enseignement ou des plus exotiques comme Academia.edu, Substack, Koopt, Parler, Discord, ClashOfClans côté jeu massivement multi-joueurs et côté réseaux sociaux professionnels Viadeo, Whaller et Xing. Des outils souverains comme Talkspirit ou Whaller sont notés.

Les réseaux sociaux quand ils sont utilisés avec un compte anonyme – usage minoritaire – sont plutôt pour « de la veille concurrentielle » (LinkedIn), sur Facebook et Twitter, « voir sans être vu / observation des pratiques et des préoccupations des écosystèmes », « des observations et des tests ». Une personne a indiqué avoir changé son nom sur Facebook pour se protéger des recherches faites par son employeur. Certains utilisent un pseudo, par exemple sur YouTube. Ou encore « Facebook et Instagram, pour ne pas être trouvée facilement, protéger ma vie privée ».

Côté outils de visioconférence

Zoom, Teams et à un degré moindre Google Meet sont les premiers cités en matière d’outils pour les visioconférences et les webinaires. Une pléthore d’autres outils sont signalés : UberConference, Livestorm, Whereby, Apizee, BigBlueButton pour l’enseignement. Une personne indique adorer gotoMeeting. Une personne signale que c’est « fonction du nombre de personnes, du coût et de l’organisateur de la conférence (qu’elle soit professionnelle ou personnelle) ».

Pour les outils propres aux entreprises, notons les classes virtuelles du CNED, Rainbow d’Alcatel-Lucent Entreprise, plateforme de communication cloud pour les professionnels, la plateforme de Cisco, WebEx.

Le temps passé sur les réseaux sociaux

Le temps passé selon les supports de connexion s’établit à 57 % sur un smartphone, 27 % sur un PC, 5 % sur tablette. Pour le reste du temps passé, on a des supports de type relatifs au jeu comme la Playstation.

Le temps passé et autodéclaré sur les réseaux sociaux par rapport au temps total passé sur Internet serait de 41 %, vraisemblablement à corriger à la hausse, l’impression du temps étant faussée et nettement sous-estimée.

Pour le temps passé quotidiennement sur les réseaux, il serait en auto-déclaration de 1 h 29 sur les réseaux sociaux suivants avec les 5 majeurs qui se tiennent dans un mouchoir :

  • Facebook 18 minutes
  • YouTube 18 minutes
  • Instagram 15 minutes
  • Twitter 15 minutes
  • LinkedIn 12 minutes
  • Snapchat 6 minutes
  • TikTok 5 minutes

Ces moyennes montrent néanmoins de grandes disparités selon les personnes, les âges et les usages.

Par exemple chez les étudiants, avec un total quotidien de 2 h 31 minutes, il serait pour YouTube de 44 minutes, Instagram, 31 minutes, Facebook, 24 minutes, Snapchat 23 minutes, Twitter, 14 minutes, TikTok, 10 minutes et LinkedIn, 5 minutes. L’usage de la vidéo prime chez eux. Ceci induit des usages en mode zapping selon les contacts et les audiences. Ceci n’inclue pas les autres outils comme WhatsApp et Telegram par exemple. Dans ce cas, il convient d’ajouter encore 5 minutes. Les statistiques délivrées par le smartphone, par exemple sur l’iPhone, Menu Réglages puis Temps d’écran permettent de connaître son temps de connexion globalement et par type d’outil.

Les usages selon les réseaux sociaux

Les usages ont été sondés pour les 5 réseaux sociaux majeurs (Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, YouTube) avec une notation quant à la pertinence de 9 types d’usage testés de 1 (usage inexistant) à 6 (usage très fort).

Usages pour les réseaux sociaux

Pour communiquer et échanger avec des amis, contacts et collègues, les réseaux sociaux du Groupe Meta se taillent la part du lion avec Facebook et Instagram. On pourrait ajouter également WhatsApp qui permet de communiquer pour des groupes jusqu’à 256 personnes. A noter que LinkedIn (4,4) a un meilleur score sur ce point mais en-deçà de sa mission première le recrutement et la recherche de postes. Twitter n’est pas ridicule sur cet aspect avec les évolutions sociales et collaboratives de l’outil.

Pour interagir avec des clients ou des prospects, c’est Twitter et LinkedIn qui ressortent. La surprise de cette étude réside dans les très fortes notes de LinkedIn qui s’avère un outil professionnel redoutable et ne vient que confirmer la bonne acquisition opérée par Microsoft avec « les bases de données de CV vivant en ligne ». Instagram est en retrait mais il est probable que la trajectoire ne soit qu’ascendante avec les fonctionnalités développées et le rôle des influenceurs.

Pour faire de la veille, rechercher des informations, Twitter et LinkedIn (4,7) sont plébiscités. Avec un score intéressant de YouTube (4) lequel gagnerait en automatisation avec les outils de recherche de noms, marques, produits qui seraient prononcés sachant que la recherche des logos est déjà opérée par des outils dans les vidéos.

Pour communiquer sur des marques, des produits et des services, Twitter est le mieux placé (3,9) avec LinkedIn (3,8).

Pour relayer des événements en direct, les commenter, c’est Twitter qui est en tête (3,8) sans réaliser un score exceptionnel. Le hashtag choisi pour l’événement y contribue. Suivent Facebook et LinkedIn (3,5), Facebook disposant du Live qui « génère plus de vues de rattrapage » par ailleurs. Pour ces usages, il serait intéressant de tester Twitch sur un échantillon ciblé.

Pour suivre des marques et des influenceurs, c’est Instagram (4) plus côté mode, tendances et LinkedIn (4) notamment pour les CEO, VIP qui arrivent en tête. Twitter (3,7) et YouTube (3,6) avec les chaînes de célébrités suivent.

Pour recruter/chercher des postes, c’est LinkedIn (4,6) qui écrase tout et relègue le deuxième Twitter (2,4) très nettement même s’il est pratique de poster des liens ou des fichiers avec des postes à pourvoir.

Pour jouer, ces 5 réseaux sociaux sont très peu adaptés (1 à 1,7 pour Facebook auquel peuvent être adossés des jeux).

Enfin pour vendre, c’est juste LinkedIn (2,4) qui émerge à peine, certainement via le social selling lequel a encore un gros potentiel sur cet outil.

Les évolutions observées pendant le confinement

Sur une note de 1 à 6 (1 régression à 6 forte progression), ce sont globalement les usages d’Instagram (4,4), de Twitter (4,3) et de Snapchat (4,1) qui ont le plus progressé pendant le confinement a contrario de LinkedIn (4), YouTube (3,9) et Facebook (3,8). Au global, on a assisté à une hausse de l’exposition aux écrans numériques.

Pour les ouvertures de compte, 52 % n’ont pas ouvert de nouveaux comptes hormis les nombreux outils de visio avec outre Zoom et Teams, Hangout, Google Meet, Webex, Jitsi, etc. C’est TikTok qui a fait l’objet de plus de téléchargements « observer pour ma veille », « c’était drôle » avec une gamification et une addiction très poussée ou encore « pour me détendre ». Des comptes ont été ouverts sur Twitch, sur YouTube par des personnes qui avaient du temps. 4 ont ouverts des comptes Twitter.

Les réseaux sociaux utilisés pour publier des vidéos sont TikTok (95 %), YouTube (65 %), Facebook Live (21 %), Snapchat (11 %). Beaucoup également pour Instagram (hypothèse non testée). Les autres outils mentionnés sont WeChat, LinkedIn et Twitter, Dailymotion, Instagram (stories, reels), Vimeo, Soundcloud, Signal, Twitch. Et également OBS Studio avec Restream, Talkspirit, WhatsApp.

Pour retravailler une vidéo avec montage, sous-titrage, les avis sont partagés entre ceux qui effectuent des publications brutes, ce qui est reste très majoritaire et ceux qui les modifient et les améliorent. Certains optent pour des montages sophistiqués, ce qui demande du temps et prive du temps réel de la vidéo. D’autres améliorent également le son des prises de la vidéo. Des outils comme Adobe Premiere sont mentionnés ou OBS Studio chez Orange.

Les fonctions utilisées en matière de vidéo sont soit de la simple consultation (YouTube en tant que vidéothèque), la publication de vidéos multi support et en live. Les ajouts concernent surtout les tags, les classifications, les recommandations de vidéos, les commentaires de vidéos postées. Est pointée la fonction de chapitrage de YouTube qui est appréciée pour les longues vidéos pour marquer les positionnements des séquences importantes. Sont soulignés les usages de Vimeo et de YouTube côté pro pour des besoins de tutoriel et d’e-learning pour la formation. La retouche de vidéo concerne plus les utilisateurs experts.

La longueur moyenne d’une vidéo regardée sur YouTube est de 6 minutes 40. 1/3 des vidéos consultées sont pour des durées de moins d’une minute. Lors du confinement, les vidéos étaient plus longues que lors des transports en commun empruntés par exemple.

Les vidéos regardées sont jugées pour apprendre et se former (4,8/6), se divertir (4,8), mieux connaître un produit ou un service (avant achat éventuel) (3,7) et avoir la notice d’utilisation d’un produit ou d’un service (3,2). Le fait de réécouter des conférences, des interventions et des émissions est signalé ainsi que les tutoriels, l’écoute de musique, l’information.

Pour la visioconférence, Facebook Live est utilisé dans 14 %, WhatsApp 53 %, Zoom 79 %, Google Meet 40 %, Facetime 33 %, Teams 58 %, Jitsi 42 %, Talkspirit 7 %, Skype 73 %, WebEx 54 %, Adobe Connect 11 %, GotoMeeting 25 %. L’outil le plus connu est sans grande surprise Zoom par 98,5 % devant Teams 93 %.

2 livres étaient à gagner. Les heureux gagnants vont être contactés après tirage au sort pour disposer de leur adresse et leur envoyer chacun un exemplaire de Pro en réseaux sociaux. Merci à l’éditeur Vuibert qui est partenaire de l’opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.