«

»

Oct 20

À propos du Plan France numérique 2012

C’est aujourd’hui lundi 20 octobre, jour de l’anniversaire d’André Santini, le ministre et cyber-maire d’Issy-les-Moulineaux, que Nicolas Sarkozy devait annoncer le plan France numérique 2012. Au pied levé, Eric Besson, secrétaire d’Etat à l’Economie numérique l’a remplacé.

Ce plan a déjà suscité de nombreuses réactions sur le net, majoritairement positives comme celles de l’Asic (Association des services internet communautaires). Toutes les mesures qui vont dans le sens d’une réduction de la fracture numérique sont bonnes. La question est de savoir si l’on va suffisamment loin en termes de moyens et pas seulement financiers pour que les citoyens soient équipés, formés et bien connectés à Internet. L’association APRIL note que les propositions en faveur du logiciel libre ne sont pas reprises dans le rapport alors même que la France n’est pas à la traîne dans ce domaine. Enfin le député Christian Paul est l’un des plus virulents détracteurs du plan.
 

Parmi les mesures figure un service d’accès internet universel haut débit pour moins de 35 euros par mois avant fin 2010. L’objectif annoncé est un débit supérieur à 512 kbit/s pour 100 % des Français (matériel compris). Ceci est à comparer avec les forfaits Internet ADSL des opérateurs qui sont généralement proposés entre 29,90 et 32,90 euros par mois. La difficulté de cette annonce réside dans les derniers pourcents à conquérir qui sont les plus chers, comme pour les zones d’ombre en téléphonie mobile où il faut déployer des moyens considérables pour glaner quelques abonnés supplémentaires. Aussi le point de vigilance sera de savoir si certaines zones rurales (un point de repère pourrait être Le Crouzet de St Jean-la-Fouillouse en Lozère à 12 km de Châteauneuf-de-Randon), les DOM-TOM et diverses îles pourront être véritablement éligibles à cette offre. Il conviendra par ailleurs d’examiner, si le coût réel revient à plus de 100 euros pour certaines zones, comment le service universel sera financé. Un chantier de péréquation tarifaire sur lequel l’autorité régulatrice, l’ARCEP, devra se pencher.

2 pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.