«

»

Jan 04

Webinaire, élu mot numérique 2020

Vous avez été cette année 168 à voter pour le mot numérique 2020 vs 156 en 2019 et 191 en 2018.

webinaire, élu mot numérique 2020

Webinaire l’emporte (25 %), conséquence du Covid et du télétravail …

Zoom a été l’App la plus téléchargée en avril pendant le confinement alors que les mois précédents c’étaient WhatsApp puis TikTok. Le télétravail s’est accompagné de nombreuses visioconférences et multiples webinaires. Les outils Microsoft Teams, Zoom ont été consacrés dans les grandes entreprises et les administrations et beaucoup d’établissements scolaires. Ailleurs ce fut WhatsApp, Skype voire FaceTime. Pour pouvoir proposer des produits et des services ou des missions à distance, le webinaire s’est rapidement imposé comme forme de conférence en ligne et outil pour se faire connaître notamment pour les entrepreneurs, les PME. C’est somme toute logique qu’il soit nommé mot numérique de l’année. Pour autant, le choix proposé était important avec 9 mots et d’autres induits par les internautes.

Le télétravail et les webinaires constituent des transformations durables de nos modes de travail avec un juste équilibre à rechercher dans le travail entre sur lieu physique pour la convivialité humaine et à distance. Des e-cafés ont fleuri dans les entreprises pour instaurer une convivialité à distance avec des managers qui se sont pour certains efforcés de ne pas parler travail, avec parfois des formes de gamification dans l’esprit d’un Chief Happiness Officer, et tenter de rompre la solitude et l’isolement de leurs collaborateurs.

… suivi de souveraineté numérique (21,4 %) qui frôle l’exploit et qui matérialise à la fois la prise de conscience d’une demande pour le Made in France et de la dépendance aux acteurs numériques américains (et chinois)

La souveraineté numérique apparaît de plus en plus dans les orientations politiques tant en France qu’en Europe. Elle se décline dans le cloud, le big data, l’IA, la cybersécurité, l’espace, l’informatique quantique.

Deepfake (hypertrucage) complète le podium mais distancé à 9,5 %. Il prolonge les fake news ou infox (élu mot numérique 2019) du fait des progrès des outils de retouche vidéo. Suit ensuite rançongiciel (6 %) témoignant le fait qu’en période de crise les cybermenaces ont explosé. Les autres ramassent les miettes (edge computing, tiktokeur, puis smishing et splinternet). Ferme la marche micro-influenceur avec 2 suffrages.

Et des suggestions souvent pertinentes !

Parmi les autres suggestions, forts nombreuses cette année, est venu télétravail à de nombreuses reprises du fait du confinement. Francis Massé de La Fabrique du Futur souligne que le mot smart-working est utilisé dans le monde industriel de l’aérien et numérique pour désigner télétravail !
Notons aussi pêle-mêle résilience (pointé par Frédéric Cavazza), terme popularisé par Boris Cyrulrik, mais aussi edtech car la technologie est à enseigner dès le plus jeune âge, reconnaissance vocale, sans contact (qui a vu ses usages progresser avec la Covid. D’ailleurs le plafond des paiements sans contact par carte bancaire a été relevé de 30 à 50 euros en 2020 ). 5G a été signalé mais n’est pas retenu car étant une abréviation comme rappelé dans le principe même du mot numérique.

L’avocat Eric Barbry du collectif #RéenchanterInternet suggère (web) scraping qui est une technique permettant d’extraire des informations d’un ou de plusieurs sites web de manière entièrement automatisé via des scripts ou programmes informatiques.

Vincent Delamarre a suggéré pour sa part business continuity car il convient d’assurer une continuité de service en dépit de la crise. Télétravail et webinaires y concourent.

Signalons également growth hacking, hyperconvergence du fait des nouvelles architecture SI (le low code n’a pas été pointé), deep waste pour les déchets électroniques, fracture numérique à nouveau, intelligence augmentée (qui serait un bon mix entre intelligence artificielle et intelligence humaine) en pendant à la réalité augmentée.

La palme revient aux deux termes, numéthique pour la confiance numérique alliant éthique par Stéphane Amarger et la covisphère dans l’esprit des débats axés sur le covid qui alimentent la blogosphère.

Rendez-vous en fin d’année pour élire le mot numérique 2021 !

Un récapitulatif des lauréats des années précédentes (avec les équivalents en français idoines qui ont suivi) :

Fake news (infox) en 2019
– Crypto-monnaie en 2018
– Intelligence artificielle en 2017
– Blockchain en 2016
– Ubériser en 2015
Selfie en 2014
Responsive design en 2013
Big data en 2012
Cloud computing en 2011
Community manager en 2010.

Merci pour vos votes. Vous pouvez d’ores et déjà proposer des termes pour l’élection 2021 en vue de l’établissement de la liste des nominés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Captcha *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.