«

»

Mar 21

3 questions à … François Silva

Interview de François Silva

1. Comment les NTIC bouleversent-elles l’organisation de l’entreprise et le rapport au travail ? Télétravail, travail collaboratif, etc. ?

Toute l’histoire des entreprises depuis le 18ème siècle, c’est-à-dire la première révolution industrielle, est une recherche de gains de productivité. Adam Smith, dans son livre de 1776, « la richesse des nations » décrivait déjà la façon dont la création de la manufacture permettait de produire 10 fois plus d’épingles avec les mêmes nombres de personnes. Par contre ils étaient précédemment artisans dans leur atelier où ils fabriquaient seuls toutes les opérations. L’émergence de l’usine va signifier une spécialisation des taches et des logiques de flux avec une automatisation progressive.

Les nouvelles technologies sont en train de faire connaître dans les bureaux le même phénomène que ceux que les usines ont vécu. La possibilité pour chacune des personnes de disposer d’un micro-ordinateur en réseau a changé progressivement le monde du tertiaire depuis les années 1990.

Aujourd’hui, la sophistication des logiciels et des outils permet de développer le télétravail mais surtout le travail collaboratif. Une nouvelle étape avec le transfert en temps réel de l’informatisation (Internet) et la possibilité de disposer d’outils nomades transforme la relation que leurs utilisateurs ont avec le temps et l’espace.

L’organisation du travail est en train d’être bouleversée, c’est-à-dire que chacun va avoir une relation différente avec le temps, l’espace, la relation à la hiérarchie… Le lien de subordination qui était l’élément de base du contrat de travail, se transforme en astreinte permanente : on n’est plus surveillé par son « petit chef », mais on est connecté en permanence afin de pouvoir répondre à des demandes d’information.

2. Comment la fonction RH a-t-elle évolué pour devenir eRH ? Comment se positionne le SI des RH par rapport à la DSI de l’entreprise et quels sont les impacts ?

Ces transformations de l’organisation du travail vont se concrétiser dans chacune des fonctions de l’entreprise, la fonction RH comme les autres. Première conséquence : l’automatisation de ses taches administratives va permettre de redéployer les personnes vers des activités à valeur ajoutée : accompagner les personnes dans leurs évolutions professionnelles en particulier. Il va falloir apporter des services plus individualisés et permettre à l’encadrement d’évoluer vers des relations managériales.

Ainsi, la fonction RH va progressivement « s’informatiser » en disposant d’informations (stockées, diffusées, traitées,…). Elle va avoir des outils disponibles pour le plus grand nombre. C’est ainsi que le métier RH va intégrer et être structuré par les systèmes d’information. C’est une évolution qui se passe dans tous les métiers : les SI sont tournés métier afin de mieux répondre aux besoins du terrain.

3. Enfin, quels sont les nouveaux outils dont disposent aujourd’hui les RH pour le recrutement, la formation, la mobilité, la gestion des carrières ?

Avec l’arrivée de l’architecture SOA, nous avons un basculement d’une informatique qui nécessitait un lourd travail de mise en place à des outils plus facilement déployables pouvant récupérer des informations d’autres applications. C’est toute la souplesse des protocoles internet. Cela va permettre de pouvoir proposer des informations et des applications disponibles suivant leur nature à des publics larges, les salariés et les managers, ou plus restreints tels des personnes de la fonction RH.

D’autre part, le recrutement devient le e-recrutement, la formation le e-learning et ainsi de suite. Chacune des fonctionnalités RH va disposer de bases de données (justement des informations) lui permettant de mieux effectuer son travail : plus de services, plus efficaces, plus rapides permettant le temps réel.

21 mars 2008

François Silva est professeur à l’ESCEM Tours/Poitiers et Professeur Associé au CNAM. Socioliogue de formation, il est d’autre part impliqué dans la vie associative en tant que Président du Ce-dS (Cercle d’Etudes pour le Développement Sociétal), Vice-Président de l’IAS (Association Internationale de l’Audit Social) et Président de RH sans Frontières. Son dernier livre publié est Etre e-DRH, Editions Liaisons, janvier 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Captcha *